Accueil » Comment (je choisis de) parler de handicap

Pourquoi le choix des mots est important pour parler de Handicap (surtout quand on est pro)?

 

 

 

 Tout simplement parce que derrière le choix des mots il y a une vision de société, une vision des individus et j’oserais même dire une vision politique. En effet, derrière chaque expression que l’on peut choisir il y a des réalités différentes.

 

 

 

Oui mais, quid de la spontanéité?

 

 

 

 Tout à fait d’accord, on ne peux pas surveiller son langage 24h/24. Mais on peut essayer d’aiguiser notre vigilance face aux automatismes. Souvent même on finit par utiliser machinalement des expressions qui finalement n’ont plus de sens.

 

 

 

De quoi parle-t-on quand on parle de handicap? 

 

 

 

 Je vous passe l’étymologie, quand on parle de handicap on commet vite des impairs, sans le vouloir peut-être, mais enfin, on est vite mal compris.

 

 Ça peut avoir l’air anecdotique et pourtant, les mots ont un sens. C’est important d’en parler car souvent, en dehors de l’espace fabuleux d’expression que laisse un blog, dès-lors que l’on s’exprime sur un format contraint ( flyer, article, émission) il est difficile de prendre la place ( nombre de signes) dont on a besoin pour s’exprimer de manière juste et cohérente avec notre pensée.

 

Je vous propose donc de m’expliquer içi sur mes choix de vocabulaire. Ainsi ce texte est valable pour toutes mes publications et est soumis à évolution car la pensée est sans cesse en mouvement et c’est heureux.

 

 

 

Personne en situation de handicap

 

 

 

 Içi, cette appellation signifie deux choses : 

 

 

 

  1. Qu’on part du principe du Processus de Production du Handicap (PPH)1)Fougeyrollas, P. (2017). Influence d’une conception sociale, interactionniste et situationnelle du handicap au sein d’un mécanisme de suivi de la mise en œuvre du droit à l’égalité : le modèle québécois. Revue française des affaires sociales, (8), 51‑61. Voir
  2. Qu’il est nécessaire de contextualiser : quelle situation provoque le handicap?

 

Cette expression a tendance aujourd’hui à être utilisée à toutes les sauces, éloignée de ce pour quoi elle est prévue au départ : la contextualisation.

 

 

 

Que signifie être en situation de handicap mental?

 

 

 

Donc vous me verrez parfois utiliser cette expression. Mais çà implique que je choisisse d’utiliser ce terme si le handicap dépends d’un contexte particulier. Ça implique aussi (et surtout) de ne pas l’utiliser si il y a une indépendance de contexte. 

 

 

 

Un.e handicapé.e

 

 

 

 Vous ne me verrez JAMAIS utiliser ce terme (ou alors il faut se faire du souci pour moi). C’est en effet une métonymie que je trouve personnellement assez insupportable. En effet, ramener la complexité et le tout d’une personne à une incapacité, déficience ou un écart à la norme (au sens mathématique). C’est aussi partir d’un point de vue validiste et surtout, surtout on perd de vue le fait qu’on soit en train de parler d’une personne, humaine.  

 

 

 

Une personne handi

 

 

 

 Une version que j’utiliserais parfois pour parler de personnes vivant avec déficience.s ou incapacité.s indépendamment du contexte. Comme vous l’aurez compris: 

 

  • On peut être une personne handi et très rarement se trouver en situation de handicap.
  • On peut être en situation de handicap (situation à préciser) et ne pas être handi.
  • On peut être handi et en situation de handicap dans certains contextes.

 

Être handi

 

 

 

Handi est içi un adjectif tout bête : on peut être handi et plein d’autre choses encore : tatoué.e, méchant.e, beau/belle, fabuleux.se .

 

La diversité fonctionnelle

 

 

 

J’aime beaucoup cette expression. Elle n’a pas encore vraiment cours en France mais elle est vraiment passée depuis longtemps dans le vocabulaire commun dans le monde anglophone et hispanophone. C’est un peu un élargissement de ce qu’on utilise déjà pour parler de neuro typiques Vs neuro atypiques : il n’y a pas de notion de jugement. Simplement le constat de possibilités différentes. Profondément non validiste, cette expression inscrit les individus le grand champs de possibles de la vie.

 

Petit point vocabulaire

 

 

 

Pourquoi “handi”?

 

 

 

Parce qu’entre nous, c’est entre autre comme ça que nous parlons de nous. Une manière de se réapproprier le vocabulaire comme cela arrive dans beaucoup de communautés. Ainsi, faisant moi-même partie de la communauté, je m’autorise à l’utiliser parfois.

 

Quelles conséquences dans la thématique “sexualités et handicaps”?

 

Comme vous l’aurez compris cette question est cruciale en tout temps. Mais en plus, quand on travaille sur la thématique “sexualités et handicaps” c’est encore plus important.

 

 

 

handicap ou handicaps?

 

 

 

Ça parait anodin mais (comme pour sexualité ou sexualités) dans plusieurs associations/ écrits, le choix de vocabulaire indique une direction politique. Considère-t-on qu’il y a une uniformité : le handicap, grand terme fourre-tout. Ou bien, au pluriel, considère-t-on qu’il y a une multitude, voire même qu’il n’y a que des singularités?

 

 

 

On vit/travaille avec/pour des personnes handi  ou avec des personnes en situation de handicap?

 

 

 

On arrive au cœur de la question. Quelle que soit notre place dans l’immense espace de la diversité fonctionnelle, quand il s’agit de sexualité, on est aussi face à une grande diversité. Donc parler de handicap dans le monde de la sexualité ou parler de sexualités dans le champs des handicaps et sensible et important.

 

Dans les formations et accompagnements que je propose ainsi que dans mes différents engagements la question, c’est la première question que je (me) pose : de quoi parle-t-on?

 

En effet, les grandes études sur la sexualité des Français montrent une grande diversité dans les pratiques, les joies et les problèmes que rencontrent les individus dans l’expression de leur sexualité. Pourtant ces études, dans la manière même de construire le panel, excluent les personnes avec certaines déficiences ou incapacités.

 

 On peut (carrément) ne pas être handi et avoir des soucis dans sa sexualité. On peut même parler de situation de handicap par rapport à la sexualité dans certains cas. Oui, il y a des cas ou c’est une question sociale de non adaptation à la diversité.

 

Inversement, on peut (carrément) être handi et avoir une sexualité épanouie.

References   [ + ]

1. Fougeyrollas, P. (2017). Influence d’une conception sociale, interactionniste et situationnelle du handicap au sein d’un mécanisme de suivi de la mise en œuvre du droit à l’égalité : le modèle québécois. Revue française des affaires sociales, (8), 51‑61. Voir