Amour

par 15 Fév 2022Les mots ont un sens

Amour, mot merveilleux, dans le sens, dans la vie et même en grammaire.
Masculin au singulier et féminin au pluriel… Magique

Je remarque que nous avons tendance à utiliser ce terme un peu abusivement…
Par exemple j’ai beaucoup ri en voyant que le livre de Jared Diamond, en anglais « Why is sex fun? » (littéralement « Pourquoi le sexe est-il amusant? ») était traduit par « pourquoi l’amour est un plaisir? » 1Ce livre observe la sexualité de l’animal humain avec les yeux de l’éthologue, et c’est vraiment intéressant.

Comme si l’amour était un euphémisme pour le sexe.

Ce n’est pas nouveau bien sur, Gabriel Charles, abbé de LATTAIGNANT, l’avait joliment illustrer avec « Le mot et la chose« .

Mais ce serait nier que les deux peuvent se vivre de manière complètement séparée, enfin, comme souvent que les deux sont sur des continuums différents.

Pour les artistes

Bien sur l’amour est LE sujet central des artistes,

Khalil Gibran par exemple, dans le livre « le prophète, interprété dans un magnifique dessin animé de Roger Allers en 2014 assemblant des œuvres d’une dizaine d’artistes, dont Nina Paley dont je vous ai déjà parlé.

Ou encore pour Bizet … pour qui L’Amour est un oiseau rebelle…

Amour et sexisme

Mais au fil du temps les perceptions bougent, aujourd’hui en occident le stéréotype est que les femme seraient tout amour romantique et les hommes ne penseraient qu’avec leur sexe…
C’est peu dire que ma pratique clinique m’enseigne tous les jours que rien n’est aussi binaire.
J’aime d’ailleurs énormément le travail éclairant de Victoire Tuaillon avec son livre et son podcast : le cœur sur la table.

Et l’amour en Santé sexuelle ?

Déjà en approchant la question du sexisme, on se rapproche des questions de santé sexuelle. Car là où il y a représentation dans un système de pensée hiérarchique… On voit poindre automatiquement les questions de préjugés et de discriminations.

Mais en l’occurrence, quand on me parle d’amour dans les formations ou les accompagnement autour de la santé sexuelle des personnes neuroatypiques ou en situation de handicap, des questions étonnantes apparaissent parfois.
Parfois les professionnels ou les familles me demandent, au sujet de ce qu’éprouve une personne « mais comment savoir si c’est de l’Amour? » Avec un grand A ?
Comme si c’était clair et limpide pour touste cette histoire…
« Désir ou Amour, tu le sauras un jour… » Disait Axelle Red (oui c’est éclectique… so what?) on n’a pas mieux résumé.
Sans rire, si c’était simple, pas de littérature, pas de philosophie, quel art nous resterait?

Comment prétendre savoir?

Comment attendre de quiconque d’avoir décrypté tout ce qu’il y avait à savoir, comprendre et entendre de ce sentiment si universel, simple et complexe à la fois (au point que dans certaines langue il y ait une centaine de mots différents pour en distinguer les nuances)?

Pourquoi demander à quiconque de performer un sentiment amoureux ?

Et on peut rappeler l’article 23 de la CDPH, précise que justement… c’est une question qui ne concerne que l’individu, dans son autonomie.

Joie et peines d’amour

Souvent j’entends aussi la peur… Oui, c’est étonnant, la peur…
La peur de tomber amoureux.se… Parce qu’il y a la peur de la fin…

Mais quel merveilleux risque à prendre!

References

References
1 Ce livre observe la sexualité de l’animal humain avec les yeux de l’éthologue, et c’est vraiment intéressant.

Commentaires

0 commentaires

Laisser un commentaire